Allo.

Bienvenue! Ici on parle surtout de bouffe, de style, de la vie à la maison... J'espère que vous vous plairez!

Comment prendre soin d'une fougère "corne de cerf"

Comment prendre soin d'une fougère "corne de cerf"


Parfois j’ai tendance à avoir de petites obsessions et je sais que je suis très chanceuse, parce que mon chum embarque aussi là-dedans! 😄

Ça faisait très, très longtemps que dans les magazines j’avais remarqué ce genre de plante qui, en anglais, s’appelle “staghorn fern”, ou fougère corne de cerf. Disons qu’elles sont très dramatiques!

Crédit photo : The Martha Blog

Crédit photo : The Martha Blog

Mais je n’en n’avais jamais vu un vrai spécimen, avant que je tombe sur un très petit lot en faisant une visite chez Plantzy pour un atelier au début du printemps. Je l’ai tout de suite achetée, ramenée à la maison et considérée comme mon bébé.

J’ai vite appris que même si on les vend parfois dans la terre (comme c’était le cas pour la mienne), ce n’est pas, disons, le milieu optimal pour elles. Pour les rendre heureuses, il faut plutôt… les monter au mur!


Mieux connaître cette plante mystérieuse

Il s’agit d’une plante originaire de l’Australie et des îles avoisinantes (Indonésie et Papouasie Nouvelle-Guinée), dont le vrai nom est Platycerium Bifurcatum (“corne de cerf”, c’est simplement son surnom à cause de la forme de ses feuilles). C’est une plante épiphète, c’est-à-dire qui dans la nature ne pousse pas dans la terre mais vit plutôt accrochée sur d’autres plantes comme des arbres. C’est aussi le cas des orchidées et des plantes aériennes, d’ailleurs!

Ses racines ne servent donc pas à lui apporter de l’eau et des nutriments mais simplement à s’ancrer sur les arbres et à se maintenir en place. C’est pourquoi être plantée en pleine terre ne correspond pas à ses conditions optimales!

Cette plante fait deux types de feuilles très distincts : d’abord, des feuilles “infertiles”, rondes, qui servent à couvrir les racines, se “laminent” autour d’un arbre dans la nature et protègent la plante. Les feuilles en forme de corne sont quant à elle fertiles et elles sont recouvertes d’un tout petit duvet qu’il ne faut pas essayer d’enlever. Ces feuilles produisent des spores pour se reproduire; voilà pourquoi elles font partie de la famille des fougères!

Les feuilles infertiles sont au départ vert pâle, mais elles finissent par devenir brunes et se déssécher. C’est normal; elles vont ainsi se décomposer lentement tout en procurant de la nourriture à la plante. Il ne faut pas essayer de les arracher!


Monter une fougère corne de cerf au mur

Fougere Staghorn.jpg

Mon chum m’a fabriqué une belle planche en bois, à la forme faisant encore plus un clin d’oeil au “trophée de chasse”! En arrière, il a installé un “taquet français”, c’est-à-dire une sorte de moulure en biseau qui permet de tenir un élément au mur solidement, mais aussi de pouvoir l’enlever et le remettre beaucoup plus facilement que si c’était un crochet.

Pour l’installer dans sa nouvelle maison, vous aurez besoin de :

  • une plaque ou une planche en bois (une planche à découper très bien l’affaire, il faut simplement que sa superficie soit plus grande que celle de la plante pour lui permettre de grandir)

  • De la mousse de sphaigne (je n’en ai pas trouvé, alors j’ai pris un mélange de mousse espagnole et de mousse décorative, toutes deux achetées au rayon floral chez Michael’s)

  • Des clous assez longs

  • Du fil métallique ou du fil à pêche.

  1. Sur la planche, déterminer ou se trouvera le “nid” de la plante -ses racines entourées d’un peu de mousse. Marquer le tour au crayon.

  2. Planter plusieurs clous tout autour de ce “nid” : j’en ai utilisé 6, mais ce pourrait être plus.

  3. Tremper la mousse dans l’eau pendant au moins 10 minutes.

  4. Enlever le plante de son pot en dénudant le plus possible des racines. On peut garder un peu de terre, mais à peine. La plante n’en a pas besoin!

  5. Bien éponger la mousse puis étaler une couche de mousse sur la planche, dans le “nid” (c’est-à-dire dans le cercle délimité par les clous!)

  6. Déposer la plante sur la mousse, bien centrée entre les clous. Ce qui est important, c’est de vérifier la “base” de la plante (ou se trouvent les feuilles rondes infertiles, desquelles sortiront les nouvelles feuilles fertiles) et de placer celle-ci vers le haut.

  7. Couvrir la plante de mousse, jusqu’à ce qu’on ne voit plus de racines ni de terre.

  8. Attacher le fil à un des clous, puis tendre le fil vers un des autres clous, ce qui permettra de retenir la plante et de solidifier le “nid”. Continuer ainsi à “tisser” un genre de panier de fil, en prenant soin de relier tous les clous avec toutes les combinaisons possibles afin que chaque coin du “nid” tienne bien en place. J’ai tendu le fil au moins 25 à 30 fois en tout.

  9. Attacher le bout du fil à un clou et couper celui-ci.

  10. Accrocher au mur!

Prendre soin d’une fougère corne de cerf

Même si elle peut avoir l’air d’une plante capricieuse, elle est plutôt très facile à entretenir, en autant qu’on lui donne les bonnes conditions.

Elle doit être accrochée à un mur ou elle recevra une lumière vive, mais pas trop directe non plus. (À la maison elle est accrochée juste en haut de mon bureau, à côté de notre verrière, alors c’est exactement ce qu’elle reçoit).

On “n’arrose” pas ce type de plante : chaque matin (ou parfois aux deux jours), je la décroche et je la vaporise un peu. Il faut surtout humidifier la mousse, les feuilles infertiles et l’envers des feuilles fertiles. (Vous comprenez maintenant pourquoi le système de fixation au mur doit être facile? Elle se fait décrocher et transporter souvent!) Ces conditions sont celles qui ressemblent le plus à celles de son milieu naturel : dans la forêt tropicale ou elle vit, elle aura tendance à recevoir un peu d’eau puis à sécher complètement -plutôt que d’être un peu mouillée en permanence.

Environ 3 fois par mois, je l’apporte plutôt dans l’évier ou je l’arrose avec la douchette pendant un bon 5 minutes, en prenant soin de la mouiller partout. Certaines personnes font également cette étape dans le bain! Je laisse ensuite la plante (et la planche) s’égoutter complètement puis je la remets au mur!

Depuis qu’elle est accrochée, elle a déjà fait de nouvelles feuilles et j’ai l’impression qu’elle est très bien! À noter que cette installation sur la planche est destinée à être permanente : si avec le temps elle grandit trop et commence à être à l’étroit (elles peuvent devenir gigantesques!), ce qu’il faut faire, c’est de visser la planche sur une planche plus grande -et non pas de l’enlever de son “nid”.

Craquelins à la farine d'amandes

Craquelins à la farine d'amandes

Muffins fraise et rhubarbe

Muffins fraise et rhubarbe

0